Il a suivi son envie de dévorer le monde et a fait du voyage son métier. Après dix années passées aux quatre coins du globe, Alex Vizeo consacre désormais sont temps aux entrepreneurs et freelances en quête de conseils pour créer du contenu et consolider leur personal branding. Rencontre avec ce passionné de voyages et expert en marketing d’influence.

Peux-tu nous résumer ton parcours en quelques mots ?

Au départ, mon parcours était assez classique : j’ai travaillé pendant cinq ou six ans dans une entreprise, jusqu’au jour où j’en ai eu marre. Je me suis rendu compte que mon poste ne me correspondait plus et que le modèle métro, boulot, dodo n’était pas fait pour moi. J’ai décidé de partir pour un tour du monde et j’ai commencé à partager des vidéos sur un blog et sur les réseaux sociaux.

C’est à cette période que j’ai réalisé à quel point il est exceptionnel de faire exactement ce que l’on en a envie et d’être exactement à l’endroit où l’on a envie d’être ! Quand je suis revenu en France, je n’avais pas envie d’en rester là. J’ai effectué plusieurs missions en freelance, tout en continuant de voyager. Un jour, on m’a proposé une première mission d’influence marketing, qui s’est très bien passée et je ne me suis pas arrêté pendant 10 ans ! Comme toutes les bonnes choses ont une fin et que j’ai toujours soif de nouveaux challenges, je me suis ensuite tourné vers l’entrepreneuriat, avec pour but de transmettre tout ce que mes voyages m’ont appris. Aujourd’hui, j’apporte mon expertise en création de contenus et personal branding à des entrepreneurs et freelances.

Quelle vision du voyage espères-tu transmettre à ceux qui te suivent ?

Je crois que le plus important lorsqu’on voyage, c’est de ne pas chercher à transposer son mode de vie ailleurs et de s’adapter au pays que l’on visite. C’est important à la fois d’un point de vue culturel, mais aussi sur le plan écologique. Certaines habitudes créent par exemple une pollution conséquente à des endroits où la gestion des déchets n’est pas optimale ou épuisent des ressources naturelles parfois limitées. L’autre point essentiel, c’est l’importance de consommer local au maximum. 

Quelle est l’histoire la plus folle qui te soit arrivé en voyage ?

Je crois que c’était en Polynésie, lors d’une sortie pour observer les baleines, dans le cadre d’un tournage avec Air France. Avant ce tournage, je m’étais rendu sur les îles Tonga pour observer des baleines, que j’avais eu la chance d’apercevoir brièvement. En Polynésie, j’ai particulièrement apprécié l’approche bienveillante adoptée. On s’est postés à environ 300 mètres du bord en zodiaque et on a signalé notre présence aux baleines pour s’assurer qu’elles nous acceptent dans leur habitat.

Le guide nous fait signe, on entre dans l’eau, et là, je vois… Une, deux, trois, quatre, cinq baleines ! Elles s’approchent de nous et c’est complètement fou. C’est comme si on était de petits chatons pour elle, comme si elles nous savaient fragiles. Elles sont dotées d’une grâce et d’une sagesse incroyable et passent près de nous délicatement… Le plus beau dans cette histoire ? Cette scène n’a pas duré 5 minutes, comme on pourrait s’y attendre, mais quasiment 1 h 40 ! C’était un de ces moments hors du temps, que notre guide lui-même nous a avoué ne vivre que très rarement.

Quand as-tu réalisé que ta passion deviendrait ton métier ?

Mon tout premier départ en tour du monde a pas mal pesé dans la balance. Ce voyage a engagé toute une réflexion autour de mon mode de vie. Quand ma perception de la vie et des voyages a commencé à s’aligner avec le fait de subvenir à mes besoins, j’ai senti que je m’approchais de quelque chose d’intéressant.

Quel est ton plus grand défi au quotidien en tant qu’entrepreneur ?

Pendant 10 ans, j’ai eu besoin de parcourir le monde pour comprendre les gens et me comprendre. Aujourd’hui, j’ai envie de construire et de renouer avec une vie un peu plus stable. Mon challenge actuel, c’est de concilier voyage et entrepreneuriat. Je choisis donc de visiter des pays qui sont particulièrement adaptés aux digital nomads (voyageurs qui travaillent depuis n’importe où sur la planète, tant qu’une connexion internet y est disponible.).

Comment est née l’idée de ta plateforme Aventure d’entrepreneur ?

La question que je me suis posée en premier lieu était : comment rendre service aux gens et rendre l’information accessible ? Je sais d’expérience que chacun reçoit et enregistre les informations différemment. Certains ont besoin de voir, d’autre d’écouter ou de lire. Mon but étant d’aider un maximum de gens, j’ai décliné chacune de mes idées sur plusieurs supports. À partir d’un concept, il est possible de créer une vidéo, un post, un reel, un article, un podcast… C’est précisément mon but : transmettre l’information sous la forme la plus adéquate possible.   

En quoi les voyages ont influencé la personne et l’entrepreneur que tu es aujourd’hui ?

J’ai pris conscience de la chance que l’on a en France en termes d’opportunités, comparé à d’autres pays. Sachant cela, je considère que ne pas me donner à fond serait irrespectueux envers les personnes qui n’ont pas les mêmes chances.

Quels sont tes projets pour l’année à venir ?

Ma vision de l’entrepreneuriat, c’est qu’il faut donner avant de recevoir. C’est ce que j’ai essayé de faire à travers mes voyages. Je fais en sorte de toujours donner des contenus et des formations gratuites via la Vizeo Academy. Ça permet aux gens de vraiment constater si les contenus que nous proposons sont pertinents. C’est aussi un moyen de s’assurer que nous arrivons à leur proposer de réelles solutions.

Les formations premium payantes sont à disposition de toutes celles et ceux qui souhaitent aller encore plus loin. C’est notamment le cas de notre formation Easy Prospect, très complète qui pour des besoins plus pointus peut être enrichie par sa version premium : la formation Easy Prospect Pro.

Combien de pays as-tu à ton actif et quels sont tes trois spots préférés, toutes catégories confondues ?

Officiellement, je dirais que j’ai visité une centaine de pays. Dans mon top 3, je mettrais :

  • la Polynésie pour la douceur de vivre, les lagons et son côté tropical ;
  • la Colombie, pour l’ambiance et la chaleur humaine ;
  • la Mongolie, pour la steppe, les chevaux et parce que ce pays ne ressemble à aucun autre !