Consigne Bagages Marseille

Publié le Publié dans Abritel, Airbnb, Bagage, Bagages, Consigne, Consigne Bagage, Consigne Bagages France, Consigne Bagages Marseille, Consigne Bagages Villes, Consignes, Garder les bagages, Garder les sacs, Garder les valises, Gestion des bagages, Gestion des valises, Le Airbnb du bagage, Nounou pour vos bagages, Stocker ses bagages, Stocker ses sacs, Stocker ses valises, Valise, Valises, Villes, Visite sans bagages, Visite sans valises, Visiter un musée

Consigne à bagages à Marseille

A partir de 1€/heure‎

Consigne Bagages Marseille

Vous voulez visiter Marseille et vous ne savez pas quoi faire de vos valises ? Avec Nannybag, trouver et réserver une consigne à bagages en tout sécurité grâce à notre réseau d’hôtels et commerces. Le service est disponible 24/7 à partir de 1€/heure alors n’hésitez pas et profitez pleinement de votre journée !

Quelques mots sur Marseille…

La deuxième ville de France vaut, aujourd’hui plus que jamais, la peine d’y passer plus que quelques heures, quelques jours. Ne serait-ce que pour l’atmosphère unique de certains quartiers, pour les multiples visages que la ville offre et pour ses remarquables musées, rouverts ou créés pour fêter la capitale européenne de la culture en 2013.
Marseille bouge, et le tramway, la métamorphose du front de mer ont transformé la façon de voir et de sentir la ville, de long en large.
Avant d’y faire escale, rejetez sans tarder les idées toutes faites que vous avez en tête sur la saleté, l’insécurité, le brouhaha et l’effervescence de la ville. On daignera oublier que vous avez vidé toute votre voiture au parking, en jetant des regards inquiets, après avoir pesté contre les embouteillages, regardé d’un air effaré, depuis l’autoroute, le paysage gâché par des blocs de béton, alors que vous pensiez arriver au   « pays du Soleil »…
Un titre d’opérette marseillaise, de celles qui donnèrent à la France entière, dans les années 1930, l’accent de Fernandel, Raimu ou Sardou (Fernand, le père de Michel). L’accent a changé, l’opérette a disparu, la trilogie de Pagnol a pris des couleurs actuelles, les poissonnières ont des villas sur la Côte bleue… il ne manquerait plus que le pastis, la pétanque, le savon et la petite sieste, et nous voilà déjà avec dans la tête quelques-uns des clichés qui ont fait la réputation de Marseille, en bien comme en mal, d’ailleurs.
À cause de cette image péjorative, amplifiée par celle donnée par les films et les médias qui en feront toujours, bon an mal an, la capitale du vice et de l’insécurité, Marseille est restée une ville à qui les touristes, en l’épargnant durant un demi-siècle, ont rendu plutôt service car elle n’était pas vraiment prête pour les recevoir. Jusqu’à la consécration, en 2013 : capitale européenne de la culture, la ville mutante a fasciné, intrigué, conquis un nouveau public, qui applaudit à tout rompre sa métamorphose, faisant semblant d’oublier, sous le soleil, les zones d’ombre entrevues çà et là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *